Ron Carter | Biographie

ron carter biographie

Ronald Levin « Ron » Carter est un contrebassiste de jazz américain né le 4 mai 1937 à Ferndale dans l’État du Michigan. Artiste mondialement reconnu, il s’est fait connaître en jouant aux côtés de Miles Davis. Il est aussi le contrebassiste le plus prolifique de l’histoire avec plus de 2000 sessions d’enregistrement studio à son actif.

ron carter biographie
Cours de basse⎥Blog BassistePro.com – Cours de basse⎥apprendre la guitare basse avec un Pro⎥

Ron Carter, sa carrière

À l’âge de 10 ans, Ron commence à jouer du violoncelle. Mais lorsque sa famille déménage à Detroit, il se heurte aux préjugés raciaux des autres musiciens classique, dont la grande majorité à l’époque était blanche. Il décide alors de se mettre à la contrebasse.

Plus tard, il intègre la Eastman School of Music à Rochester dans l’État de New York ainsi que son orchestre philharmonique.

Une fois son Bachelor acquis, en 1959, il déménage à New York afin de rejoindre le quintette de Chico Hamilton, et de s’inscrire à la Manhattan School of Music, dont il sortira diplômé d’un Master en 1961.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Paul Chambers : archet et contrebasse jazz | Biographie

En 1960, après le départ d’Hamilton pour la côte ouest, Carter reste à New York et joue avec Eric Dolphy et Don Ellis, avec lesquelles il enregistre ses premiers disques. Au cours de cette période, il travaille également avec Randy Weston et Thelonious Monk, ou encore Cannonball Adderley. Il enregistre aussi avec des artistes tels que Jaki Byard ou le trio de Bobby Timmons.

——->>>>>>> Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider d’autres bassistes motivés à progresser ! :-)

En 1963, Ron Carter est repéré par le grand Miles Davis et intègre son légendaire quintette qui était composé également de Herbie Hancock, Wayne Shorter et le batteur Tony Williams. On peut entendre Carter sur les albums Seven Steps to Heaven et E.S.P.

Pendant ces 5 années de collaboration avec Miles Davis, Carter va apprendre considérablement, aussi bien musicalement qu’humainement. Il déclare dans une interview, que Miles était à la fois très exigeant sur la productivité et la qualité de jeu du groupe, mais en même temps toujours à l’écoute des idées de chacun des membres. Sa façon, d’instaurer une bonne communication et de ne jamais dévaloriser ses musiciens influencera grandement Carter lorsqu’il sera, à son tour, quelques années plus tard, leader de groupe.

À ce moment-là, en tant que sideman (musicien de session) de talent, ce dernier est très sollicité, non seulement par ses collègues Hancock, Shorter et Williams mais aussi par une multitude d’autres artistes : McCoy Tyner, Sam Rivers, Lee Morgan, Horace Silver, Duke Pearson, etc. La plupart de ces enregistrements seront sous le label Blue Note Records.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Ray Brown le contrebassiste de Gillespie | Biographie

——->>>>>>> Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider d’autres bassistes motivés à progresser ! :-)

Après son départ du groupe de Miles Davis en 1968, Carter va faire partie de plusieurs formations prestigieuses : le New York Jazz Sextet, New York Jazz Quartet, V.S.O.P Tour, Milestone Jazzstars…

À partir de 1972, il va diriger ses propres groupes et sortir de nombreux albums tels que Yellow & Green ou Pastels en 1976. Il contribue également aux projets d’un grand nombre d’artistes et devient, par conséquent, un pillier du label CTI Records en tant que musicien de studio. Il invente même son propre instrument : la Ron Carter Piccolo Bass.

En 1991, Carter apparaît sur l’album The Low End Theory, du groupe de hip-hop alternatif A Tribe Called Quest. On peut l’entendre dans le morceau Verses From the Abstract.

Dans les années 90, après quelque passages sous différents labels, il signe chez Blue Note pour une collaboration durable et sort plusieurs albums à succès tels que The Bass and I (1997), ou Orfeu (1999). Au cours de cette période, il reçoit deux Grammy Awards : un en 1993 pour le meilleur groupe instrumental de jazz, et un autre en 1998 pour sa composition musicale qui apparaît dans le film Round Midnight sorti en 1986.

En 2001, il apparaît sur le disque Stolen Moments : Red Hot + Cool, un album de compilation dont les fonds sont reversés à la recherche pour le SIDA. Le double disque est classé album de l’année par le magazine Time.

Pendant les années 2000, on peut entendre Carter sur des albums comme Dear Miles (2006), qui est un hommage à Miles Davis, mais aussi It’s the Time (2007) et Jazz and Bossa (2008).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Esperanza Spalding, jeune bassiste de jazz | Biographie

En 2011, Carter revient sur les devants de la scène en montant son premier big band : le Ron Carter’s Great Big Band. Dans cette formation, figure notamment le pianiste Mulgrew Miller, le batteur Lewis Nash, ou encore Gerry Gibbs.

——->>>>>>> Partagez cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider d’autres bassistes motivés à progresser ! :-)

En 2014, le bassiste est décoré en France par le ministre de la Culture et reçoit le médaillon et le titre de Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres.

Depuis 2017, Ron Carter continue de donner des concerts à guichets fermés à travers toute l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Sud.

Ron Carter, ses influences

En plus de Miles Davis, on peut citer parmi les influences de Ron Carter : Duke Ellington, J.J. Johnson, Cecil Payne, Ray Brown, Gerry Mulligan, Milt Hinton et Count Basie.

Instruments

Bien qu’il se soit essayé brièvement à la basse électrique dans les années 70, à la demande de sa maison de disques, Ron joue toujours sur la même contrebasse depuis 1959. Il s’agit d’une Juzek de 1910.

Quel est votre morceau préféré de Ron Carter ? Dites-le moi dans les commentaires. :-)

Blog BassistePro.com – Cours de basse

APPRENDRE LA GUITARE BASSE AVEC UN PRO

GROOVE LIKE A PIG

Communauté des bassistes motivés et bienveillants qui veulent passer au niveau supérieur

Johann Berby
Johann Berby
Pour aller plus loin
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
scoch
scoch
3 années il y a

Comme vous l’écrivez, Ron Carter a peu joué de basse électrique. C’est donc une petite rareté que cet enregistrement TV où il accompagne Bobby Hebb sur son titre Sunny : https://www.youtube.com/watch?v=uRWyxzmNdJc

Table des matières

Johann Berby

Je m’appelle Johann Berby, je suis l’auteur du blog BassistePro.com

Lire plus à mon sujet et pourquoi j’ai commencé ce blog…

Articles les plus populaires
error: Tout le contenu du site est protégé !
9 Partages
Tweetez
Partagez9
Partagez
Enregistrer