Témoignage de Marc Peron (63 ans), je progresse beaucoup plus vite à la basse

temoignage-marc-peron-bassistepro-groovelikeapig-methode-groovelikeapig-guitare-basse-electrique-cours-de-basse-apprendre-la-basse-seul

Bonjour les grooveurs créatifs,

Aujourd’hui je vous partage l’avis et le témoignage de Marc Peron qui s’amuse beaucoup avec sa basse depuis qu’il a rejoint la méthode GROOVE LIKE A PIG® de l’Université GROOVE LIKE A PIG™ et que l’on peut progresser en tout bienveillance avec cette communauté des amateurs de basse motivés.

——->>>>>>> Partage cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider, et encourager d’autres amateurs de basse motivés à progresser ! :-)

Vidéo Témoignage de Marc Peron

Rejoins l’Université GROOVE LIKE A PIG®

D’autres avis et témoignagnes concernant les méthodes de Johann et de l’Université GROOVE LIKE A PIG™

Si toi aussi tu veux prendre plus de plaisir à jouer et t’éclater à la basse, l’université de Groove like a Pig est là pour t’aider à apprendre peu importe ton niveau !

Pour lire d’autres témoignages d’étudiants satisfaits qui partagent leur expérience avec la plateforme du Blog BassistePro.com et de l’Université GROOVE LIKE A PIG™, clique ici.

universite-groovelikeapig-ad-in-content

Transcription texte de la vidéo de Témoignage de Marc Peron

Johann Berby

Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de témoignage dans laquelle on va accueillir un étudiant de l’Université GROOVE LIKE A PIG®. Bonjour Marc, comment vas tu ?

Marc Peron

 Bonjour Johann, je vais très bien. Tu aussi j’espère ?

Johann Berby

Oui, ça va. Il fait super beau à Tallinn en Estonie, donc c’est super cool. Je profite de la plage, du soleil, de la forêt à côté de la maison. C’est agréable. Et puis je fais de la basse dans la forêt.

Marc Peron

À l’approche de la mer, de la plage, c’est vrai.

Johann Berby

On a de belles plages de sable fin, blanc. C’est magnifique. C’est très très beau, plage sauvage. Est ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?

Marc Peron

Oui, je suis donc Marc. J’ai. Je suis jeune étudiant, j’ai 63 ans et j’ai découvert une université il y a peu. Je me suis inscrit il y a un an à peu près et voilà, je. J’avais besoin de soutien, de méthode et de rigueur. Et bien voilà, j’ai découvert de multiples cours, une richesse incroyable, une diversité de cours, d’apports et de soutien théorique et une mise en pratique directement sur le site. Ça me correspondait bien. Et en plus les échanges avec toi ? Ta bienveillance, ta patience. Parce que quand on débute, il faut, c’est très lent. Mais je découvre avec, en écoutant mes amis proches, mes amis ou des copains avec qui je joue, qu’il y a des progrès. Donc voilà, je reste, je reste concentré sur cette cette méthode parce que c’est vraiment une méthode très riche et très très très réjouissante. En même temps, ce que moi, ça m’ouvre énormément à d’autres musiques, d’autres d’autres cultures musicales et d’autres, mais d’autres que je connais pas du tout, d’autres techniques, d’autres.

Marc Peron

D’autres façons de jouer. Mais j’étais un peu. J’avais un peu l’habitude de jouer et de m’entraîner sur des musiques que j’aime particulièrement et là, ça m’ouvre à des tas d’autres en fait. Et et ça, ça s’ouvre encore plus. J’ai l’impression de jouer mieux encore que ça, parce que ça m’oblige, avec un beau frère, à rester. Disponible.

Johann Berby

Merci pour ton retour. Qu’est ce qui t’a convaincu de rejoindre la méthode ? Parce que souvent, sur Internet, tu sais, on peut dire oui. Peut être que c’est des charlatans, peut être, qui ne sont pas sérieux. D’hier, c’est des vendeurs de rêve, ils font des promesses qui vont pas tenir, etc. Qu’est ce qui t’a convaincu de nous rejoindre pour qu’on puisse t’accompagner justement ? À progresser ?

Marc Peron

C’est la méthode, la façon de présenter l’enseignement et sans mettre en avant systématiquement les coûts et les. Et je n’ai pas été sur les forums. J’ai regardé, mais j’ai senti de sérieux, s’était senti très sérieux tout de suite. Malgré ces tueries ? Tout le temps, c’est vrai. Mais en fait c’est très sérieux. C’est très très très très technique. C’est très très riche pour moi, ça va, ça m’a convaincu directement et j’en ai vu. J’en ai vu des plusieurs autres et cela. Moi, j’ai été assez vite attiré et après mon mandat, j’ai pu travailler avec toi. Une séance de coaching. Et là, après, quand je t’écoute, je te vois et voilà un juge et je me fais mon idée tout seul. Ça n’a fait que confirmer un peu le sérieux de cette méthode. La richesse des anciennes. Et sa bienveillance. Et ton talent. Un peu. Des connaissances, quoi. Mais le talent, c’est le talent. Tu pourrais, en tant que prof, nous montrer tout les talents et toute ta technique et tout ça.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Shashank Dutt - Je ne pensais pas que j'aurais pu aller aussi loin
Marc Peron

Mais c’est pas ça, c’est pas ça qu’il s’agit, pas de nous impressionner ni celui de nous enseigner. Voilà l’idée. Donc voilà, je m’y suis bien mis. Je rends son son sur le site, je vois les forums, je vois le travail des gens, la motivation, le dynamisme, toujours la bienveillance et la patience de ta part. Voilà, c’est ça qui nous arrive.

Johann Berby

Merci beaucoup. C’est vrai qu’il y a une extrême bienveillance dans l’art, dans la communauté entre les Bassiste, que ce soit des hommes, des femmes qui ont vos médiator aux doigts ou qu’on se lave. Et c’est là que je veille tous les jours à garder cette bienveillance et ce respect des autres. C’est très important. Surtout, je suis très protecteur de tous les élèves, mais encore plus vis à vis des filles. Je ne veux pas de macho dans la communauté ou alors je ne veux pas qu’il y ait de messages comme ça. S’il y a une fille qui a fait une vidéo, qu’elle est en jupe et qu’elle se sent bien, je ne veux pas de commentaires de de gros lourdingue et je fais très très attention à ça. Et c’est vrai que ce type de personne n’est pas du tout le bienvenu dans l’université et je ne m’en cache pas de le dire à chaque fois, pour être totalement transparent, c’est la qualité qui prime. Et comme tu disais alors c’est moi, je rigole tout le temps, mais ce n’est pas je paroles, c’est ma personnalité.

Johann Berby

Je suis quelqu’un de joyeux. Je suis née comme ça. J’adore rigoler, c’est dire. Voilà, c’est une journée sans rire. C’est une journée de perdu. Je ne sais pas comment expliquer ça. C’est le bonheur, c’est un choix. Même quand il y a des situations, oui.

Marc Peron

Ça se sent, c’est pas ça, oui, mais ça se dit ça, on ne sait pas. C’est pas fin, c’est pas, c’est pas truqué.

Johann Berby

C’est ça. Je me dis que je.

Marc Peron

Ne dis pas.

Johann Berby

Que les situations qui sont, qui sont, qui sont pas cool et que ça arrive dans la vie, voilà la première chose à faire. Moi, je dis ça même à mon fils qui a six ans. Alors ça tombe bientôt, c’est rigole, rigole, parce que ça te permet de te décharger de cette mauvaise énergie négative entre guillemets, et ça te permettra de rebondir plus facilement et plus rapidement pour sortir de cette situation. Alors que si on nourrit ses monologues avec de la négativité, cette situation est compliquée. Oh, comment je vais faire ? Finalement, on attire encore plus. Tu vois, ça, c’est mes croyances personnelles. Sur la physique quantique, on va attirer plus de protons, d’électrons, de choses comme ça, de choses invisibles liées à ce genre de vibrations et d’énergie. Alors que si on vibre positivement et que c’est pas grave, c’est cool, il y a un cadeau derrière, ça va au moins plus fort. C’est génial, forcément. Tu vas tu aller beaucoup plus loin ? Alors revenons à la musique.

Johann Berby

Est ce que les membres de ton groupe, comme tu le dis tout à l’heure, ont perçu des progrès ? Mais est ce que tu pourrais nous expliquer, si c’est possible, un peu plus en détail, comment ça s’est passé pour les membres de ton groupe ? Comment ils ont fait comprendre que tu avais progressé ?

Marc Peron

C’est très simple en jouant au départ du jeu parce que je suis jeune. Bassiste ça donne quoi ? Je considère même pas comme Bassiste comme apprenti. Mais je n’ai pas de connaissances. J’ai appris à l’oreille, à la feuille, comme on dit. Et puis, petit à petit, en arrivant à déchiffrer des tablatures, les choses comme ça, avant de connaître. Et à partir du moment, j’ai commencé à travailler avec toi et à m’enrichir et à travailler sur les notes, de repérer mes notes sur le manche, commencer à repérer les notes beaucoup plus faciles à retrouver après un thème musical avec les collègues. Et donc, je suis plus à l’aise pour jouer. Forcément, le style est plus fluide. Et puis voilà. Et puis les commentaires sont arrivés ici. Ils sentent, ils me disent tu progresses quoi ? Tu progresses, maintenant tu progresses bien, bien et bien vite. Alors qu’au début, je jouais stagner. Il y a même un très bon copain, mon meilleur pote, qui me disait Bon, va bien.

Marc Peron

Après moi, il pensait que c’était foutu. Bizarre comme je décollait pas. Et là, maintenant, je m’adapte assez vite à différentes sortes, différents, différents types de musique. Ici, c’est ce qui me concerne. C’est plutôt des chanteurs à chansons à texte ou de la musique trad comme on dirait irlandaises et européennes. Un peu manouches, un peu. Si il y a un peu de cette musique là, ça, et je sens que ça se développe parce que je je m’adapte vite à une ligne de basse qu’on peut écrire ensemble. Enfin, moi, je n’écris pas, mais les copains me la proposent ou et après moi je la, je enrichit si je peux, avec le peu que je connais et donc on aurait dû. Mais c’est le regard de l’autre sur moi qui me dit ce que moi je suis pas capable de savoir. Je progresse ainsi, je ne sais pas du tout, j’ai l’impression de l’on fait. Tu vois.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Michel Chemamedji, (45 ans) je laisse parler le musicien qui est en moi.
Johann Berby

On ne sait même plus ce que.

Marc Peron

Je me suis. Mais tu vois l’immensité du travail à faire. Plus on avance et plus on en plus les langues s’ouvre. Mais en même temps, c’est pas une contrainte, au contraire, c’est une richesse. Voilà ce que je veux dire.

Johann Berby

C’est sans fin. Je dis toujours même si on pouvait vivre 300 ans en 500 ans, 1000 ans, il y aura toujours des choses à faire et à améliorer. Donc l’idée, c’est pas de se dire c’est pas de se rabaisser ou de se dire Bastien, il y a trop de choses à faire. Mais de se dire en fait, comme comme je vous le dis, en fait, pour nous, je vous partage, c’est quel est mon talent naturel parce qu’on a tous une zone de génie en fait naturel. Certains, ça va être L’oreille d’Or, ça va être le rythme, d’autres ça va être la créativité dans les répertoires, d’autres la technique etc etc et se dire OK mazzone de génie naturel par rapport au parcours que j’ai eu dans cet instant T, c’est ça ? Et ce que je veux accomplir, c’est ça. Donc combien de temps, de manière réaliste il me faudrait pour atteindre cet objectif ? Et ça, on le voit justement dans la formation avec les outils qui sont qui sont fournis.

Johann Berby

Toujours avoir des objectifs réalistes dans le temps parce que ça permet d’avancer plus vite, parce qu’on sous estime ce qu’on est capable de faire sur un court laps de temps et on surestime ce qu’on est capable de faire sur des longues choses. Donc penser l’inverse, prendre. On sûrement surestime ce qu’on est capable de faire sur plusieurs années et on sous estime ce qu’on est capable de faire en un court laps de temps, alors que si on est régulier et qu’on on fonce, on fonce, on fonce, on fait comme tu fais et forcément, ça va payer tout de suite en fait. Sauf qu’on n’a pas un regard objectif avec ça, forcément, parce qu’on est un petit peu. On est un petit peu dur, tu vas ? Ouais, moi je me bats comme tu es et toi, je n’ai pas l’impression des fois pas d’avancer, mais que je ne suis pas encore là ou jeu, etc etc. Enfin je sais pas si t’es ça comme ça, tu avais dit mais c’est pas ce qu’on y trouve.

Johann Berby

Voilà. Mais c’est pas ce qu’on est dur avec soi même. Alors que quand on a la chance d’avoir l’environnement, les amis, les potes, la famille, le chéri ou la chérie, on peut dire Ah bah si ça s’entend que tu ne veux pas comme ça avant, tu jouer qu’avec un doigt. Maintenant, je vois, tu me touche bien les deux doigts avant. Tu sais, tu peux créer ta respiration. Maintenant, t’es détendu, tu bouges avec ta base et c’est pour ça que c’est important d’avoir le regard extérieur de sa petite communauté personnelle pour nous donner un retour. Et du coup, est ce que ça a changé.

Marc Peron

Quelque chose avec des gens ? Les gens voient un exemple beaucoup. Ça se fait par exemple sur un morceau, par exemple. Si j’arrive à si, j’arrive à simplement le jouer sans regarder le manche, c’est que je l’ai bien intégré et que je suis concentré sans s’en tirer. Je ne suis pas obligé tout le temps de regarder les doigts sur. Sur la bonne note. Il s’agit pas de tout le monde, de tous les morceaux, ça c’est sûr. Mais les quelques uns que j’ai bien intégré, voilà le progrès. Il est là aussi, quoi ? C’est d’être détendu avec l’instrument et d’être moins crispé sur le dos, sur les épaules. Et tout ça. Je me sens quand ça va tout seul. J’écoute les autres jouer dans le groupe, mais on est trop cut. Mais quand je fais ça, je suis. C’est quand je suis à l’aise avec le morceau. Je peux petit. Je peux être beaucoup plus serein sur le tempo, sur un point, sur les apports.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Charlie Haden Contrebassiste Free Jazz Engagé | Biographie
Johann Berby

Merci pour ton retour. Est ce que le tarif de l’université a été un frein pour toi ou est ce que tu as vu ça comme un coût ? Est ce que tu as vu ça comme un investissement sur toi sur le long terme ?

Marc Peron

Non, c’est un homme. Pour ce qui me concerne, c’est pas du tout un frein. Au contraire, c’est un investissement puisque puisque les cours sont à vie en fait. Donc si je ramener en terme de coût, si tu veux un cours dans ma ville, un cours donné par un prof, c’est 30 € l’heure. Donc l’institut, si tu prends un cours par semaine pendant un an pour un cours par semaine, si tu frais chez soi, ça fait 100 120 € par mois, ça fait 500 € par mois, ça fait pas loin, mais ça fait 1 000 € l’année. Donc tu vois la différence. Donc quand je vois en import tous les apports théoriques et tous les exercices qu’il y a à faire, ils sont proposés. Non, non, c’est un investissement, ce n’est pas du tout un couvre chef. Après, je ne dis pas, je dis que moi je, je peux payer cette somme qui peut paraitre importante mais sûrement pour. Moi je me suis dit non, je le calcule pas comme ça, je le calcule.

Marc Peron

Voilà ce que ça va faire. C’est un investissement. C’est comme ça. C’est comme ça que j’évalue la méthode.

Johann Berby

Merci pour ton retour. Et est ce que tu aurais un dernier message à partager pour ceux et celles qui qui hésiteraient à rejoindre la Méthode GROOVE LIKE A PIG® qui se poserait des questions et qui ? Voilà, j’ai des doutes, même s’il y a des témoignages. Peut être que je viens de payer des acteurs pour pouvoir, pour pour avoir des faux témoignages, parce que sur Internet, il faut faire attention, il y a des arnaques partout et je sais que beaucoup de personnes raisonnent comme ça et je les comprends par empathie. Il faut faire très attention parce que c’est normal, il ne faut pas faire n’importe quoi. Du coup, par bienveillance, quel serait le conseil que tu donnerais à un ami qui souhaiterait rejoindre l’université comme toi ? Le même programme et méthodes et qui se pose des questions. Il y a des doutes, il y a des freins. Et comment tu lui dirais ? Voilà. Tiens, il rejoint l’université pour cette raison.

Marc Peron

Déjà si tu. Si tu fais un peu attention, tu m’écoute parler, tu vois. Je dis mon âge, je suis jeune étudiant, donc je me lance peut être maladroitement dans cette aventure là. Et de l’écouter, ça peu. Ça peut intéresser quelqu’un. Et surtout, c’est de voir le nombre de gens qui sont intéressés et la manière dont ils en parlent. Et de s’intéresser à l’université, de regarder ce qu’elle propose et de voir la diversité des talents qui sont représentés. Car parce qu’il y a des tas de gens différents de tous les âges comme moi et je fais partie des plus âgés. Mais il y a plein de jeunes, il y a plein de gens qui sont, qui sont motivés, qui, ce qui intéresse la grande majorité des gens, c’est c’est d’avancer quoi ? Alors voilà, si c’est pas moi, ce n’est pas un retour systématique dans les universités. Alors si vous prenez des cours en plus, vous allez étudier pendant un an. C’est pas ça, c’est pas du tout ça, c’est on rentre dans un groupe et et puis on participe, on est actif, on propose certaines choses, on est écouté et on est apprécié ou on est.

Marc Peron

Il y a des critiques mais toujours très bienveillantes. Alors l’idée, c’est de, c’est de. Si les gens ont peur de s’inscrire, c’est d’écouter, de t’écouter. Toi déjà, de la manière dont tu, tu te exprimes, ça, ça peut. Ça peut éventuellement le faire sur un sur cinq minutes. Mais quand on voit l’immensité du travail que tu proposes et que tu as fait pour, pour nous, il n’y a pas. Il y a même pas à hésiter deux secondes quand il faut y aller, puis aller chercher une autre méthode aussi riche. Bon courage. Voilà, c’est tout ce que je dis.

Johann Berby

Merci beaucoup Marc pour tout retour, pour ta sincérité et pour ton partage honnête sur l’université. Ce qu’on fait avec l’équipe. Et puis merci à vous tous d’avoir regardé cette vidéo de témoignages et on se retrouve prochainement sur la chaîne YouTube ou dans les universités GROOVE LIKE A PIG® WoOow GROOVE LIKE A PIG®.

——->>>>>>> Est-ce que tu as envie d’avoir plus de Play-Jouïr et de fun avec ta basse ? Dis-le moi dans les commentaires ! :-)

Blog BassistePro.com – Cours de basse

APPRENDRE LA GUITARE BASSE AVEC UN PRO

GROOVE LIKE A PIG

La Plus Grosse Communauté Francophone des Bassistes Motivés et Bienveillants qui Veulent Passer au Niveau Supérieur

Johann Berby
Johann Berby
Pour aller plus loin
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Table des matières

Johann Berby

Je m’appelle Johann Berby, je suis l’auteur du blog BassistePro.com

Lire plus à mon sujet et pourquoi j’ai commencé ce blog…

Articles les plus populaires
error: Tout le contenu du site est protégé !
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer