Témoignage de Laurent Simon (57 ans), j’ai plus de plaisir rythmiquement.

temoignages-laurent-simon-avis-johann-berby-universite-groovelikeapig-bassistepro

Bonjour les grooveurs créatifs,

Aujourd’hui je vous partage l’avis et le témoignage de Laurent Simon qui s’amuse beaucoup avec sa basse depuis qu’il a rejoint la méthode GROOVE LIKE A PIG® de l’Université GROOVE LIKE A PIG® et que l’on peut progresser en tout bienveillance avec cette communauté des amateurs de basse motivés.

——->>>>>>> Partage cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider, et encourager d’autres amateurs de basse motivés à progresser ! :-)

Vidéo Témoignage de Laurent Simon

https://youtu.be/wMwWrsu5wpY

Rejoins l’Université GROOVE LIKE A PIG®

D’autres avis et témoignagnes concernant les méthodes de Johann et de l’Université GROOVE LIKE A PIG™

Si toi aussi tu veux prendre plus de plaisir à jouer et t’éclater à la basse, l’université de Groove like a Pig est là pour t’aider à apprendre peu importe ton niveau !

Pour lire d’autres témoignages d’étudiants satisfaits qui partagent leur expérience avec la plateforme du Blog BassistePro.com et de l’Université GROOVE LIKE A PIG™, clique ici.

universite-groovelikeapig-temoignage-laurent-simon

Transcription texte de la vidéo de Témoignage de Laurent Simon

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de témoignage dans laquelle je vais aujourd’hui accueillir un élève de l’université GROOVE LIKE A PIG®. Bonjour Laurent. Comment vas.

Laurent Simon

Bonjour, je vais très bien, merci et espère que tout le monde va bien aussi.

Johann Berby

C’est le cas. C’est sûr que par les temps qui courent avec le quid, la santé et morale, physique, psychologique et psychique. Comme je dis toujours, est très très importante, il faut se préserver de toutes sources et ou de formes de négativité. Du coup, est ce que tu peux te présenter s’il te plait, nous dire qui tu es, quel âge tu as ce que tu fais dans la vie ?

Laurent Simon

Oui, bien sûr. Donc je m’appelle Laurent, j’ai 57 ans, je suis commercial, merchandising pour une grosse société de distribution pour les supermarchés. J’ai commencé la musique qui a à l’âge de 33 ans. Alors je ne peux pas faire le calcul vite fait de ça. Fait 23, 24 ans, 24 ans que j’ai commencé la musique. J’étais au départ, j’étais guitariste. J’ai donc, comme on ire, progressé au fur et à mesure des années. Avec mon prof, on avait monté à un groupe de jazz un peu et récemment. Donc récemment, il y a sept ans, mon prof s’en est allé. Donc c’était le bassiste du groupe. Et donc, pour continuer le groupe, je me suis mis à la basse et voilà avec toutes toutes mes lacunes et sans prof, j’ai évolué comme j’ai pu jusqu’à ce que je trouve cette formation. Voilà.

Johann Berby

Merci du coup pour votre partage. Et du coup, dans le groupe, tu n’étais pas bassiste. Tu joues d’un autre instrument.

Laurent Simon

Du coup, je jouais de la guitare au départ avec des guitaristes.

Comme une idole, mais c’est génial. Il y a beaucoup de.

Laurent Simon

Fans et il fallait à la va vite et je me suis dit comme j’étais, comment dire ? Je faisais la rythmique en guitare, en jazz comme j’étais rythmé, fini guitare dans le groupe et comme on l’avait formé avec mon professeur Jay, j’ai choisi de faire le bassiste du groupe. C’est génial, avec bien sûr concertation avec tous les autres qui étaient d’accord, soit le bassiste du groupe excellent.

Johann Berby

En plus, souvent, il y a beaucoup de guitaristes qui pas forcément qui arrêtent la guitare, mais qui en tout cas décide à un moment donné de se mettre à la basse. Et moi j’encourage ça toujours vivement parce que la basse est un instrument génial. Alors peut être que je serai jamais objectif vis à vis de ça. Et en plus de ça, c’est un instrument ou il y a toujours pas assez de bassiste par rapport au nombre de batteurs, au nombre de guitaristes. C’est à dire que tu démarres la basse le lundi, le mercredi, tu as déjà ton premier disque, même si tu sais pas si tu n’as pas une bonne technique. Et pour de vrai, c’est ça qui j’ai fait.

Laurent Simon

Ce que mon prof, mon ancien prof, me disait aussi ouvertement. Pas de panique, la base, c’est toujours.

C’est ça.

Laurent Simon

Ce n’est pas pour ça. C’est juste parce que dans le groupe, il en fallait bien quand même.

Oui, bien sûr.

Laurent Simon

Il en faut moins. Et même si je n’étais pas aussi performant que lui, ça c’est certain, je suis toujours pas aussi performant. Mais je me débrouille un peu. Mais jusqu’à ce que je comprenne quand même que j’ai beaucoup de lacunes, encore rythmiques. Donc je m’intéresse beaucoup au Konnokol, au placement rythmique et puis surtout développer mon oreille aussi à très bon niveau d’intervalles et reconnaissances d’intervalles. Et tout ça donc je me base que je me focalise un petit peu là dessus dans cette formation qui me permet quand même d’avancer pas à pas. Malheureusement, avec mon métier qui est maintenant un peu plus difficile, je dirais qu’avant, je consacre que le mardi et le jeudi soir à mon instrument, étant donné qu’en plus les week ends, j’ai aussi. Je suis grand père de cinq petits enfants, du coup j’ai pas mal de boulot aussi, plus le jardin. Donc je fais tout ce que je peux pour consacrer le maximum de temps à la bâche. Voilà.

Johann Berby

Mais déjà deux jours par semaine, c’est énorme. Est ce que tu peux nous dire d’ailleurs quel était l’objectif principal que tu souhaitais atteindre en rejoignant la Méthode GROOVE LIKE A PIG® ?

Laurent Simon

Développer mon sens rythmique. Déjà, tu le dis combien le soir quand même quand on joue dans le groupe ? Bien asseoir les positions avec le batteur. Et puis surtout développer aussi mon oreille et reconnaissance quand il y a de de tonalité etc qui me font défaut. Malgré les années que je n’ai pas fait, je suis toujours mitigé comme on dirait. Entre le choix de je ne suis jamais très loin quand je remarque, quand je fais les exercices, je suis toujours à un demi ton moins bon, mais je ne suis pas bon.

Johann Berby

Rien. Mais en fait, il y a une bonne nouvelle dans ce que tu viens de dire, c’est que un demi ton ou un ton, c’est rien du tout. Si tu me disais que j’étais une tierce, une sixte majeure de la tonalité, ou alors je dirais Walkyries, y a encore pas mal de choses à revoir, mais en demi ton menton, c’est bien. En fait, je te dis par expérience parce qu’on passe tous par là. En fait, c’est juste que c’est en train de se mettre en place parce que l’oreille, ce n’est que de la mémoire. Et malheureusement, la mauvaise nouvelle là dedans, c’est que le cerveau n’est pas fait. J’en parle dans en. Tu sais, tout ça peut être déjà, mais le cerveau n’est pas fait. Le cerveau humain n’est pas fait pour mémoriser. La force du cerveau humain et fait pour trouver des solutions. C’est comme ça qu’on a pu survivre pendant plus de 100 000 ans. Mais du coup, tu vois, avec la répétition, la répétition, la répétition, la répétition.

Johann Berby

Au bout d’un moment, ton cerveau fait ok. Maintenant j’ai compris. Ça. C’est comme au début quand on apprend l’alphabet, quand on est petit, on est là a b, c, z f g, k, bdf. On dit dans le désordre et puis à force de le faire, à force de le faire avec les parents qui nous encouragent, qui nous entourent, l’environnement, boum, on finit, on finit par atteindre l’objectif. On dira finalement j’y arrive et l’oreille, c’est exactement la même chose. Pour ça qu’il faut y aller étape par étape.

Laurent Simon

Je trouve que j’ai un peu le cerf volant.

Johann Berby

Non ? Faut pas être.

Laurent Simon

Du jeu de.

Mots, mais il faut que.

Johann Berby

Ça passe. Un volant a juste besoin d’un peu plus de temps parce que déjà, encore une fois, tu pratiques de deux fois par semaine et je sais pas comment tu organise la routine de pratique. Mais est ce que c’est deux fois par semaine ? C’est tout le temps l’oreille ? Ou alors si tu suit les cours et de temps en temps sa technique de temps en temps c’est le readme. Donc j’imagine que tu alternes, tu vois comme c’est un peu le l’objectif de la méthode aussi. Donc il ne faut pas être dur ?

Laurent Simon

Pas forcément. Je me focalise un peu plus là. Par exemple, je me focalise sur l’exercice débutant de l’exercice rythmique à deux doigts que t’as, que tu as mis dans la formation et j’arrive pas à le passer 80, donc je me focalise là dessus. Je suis comme je suis tétu jusqu’à ce que j’arriverai à bien le passer. Un temps, je suis après que je me consacre 1 h à chaque fois, je les trois premiers quart d’heure, je dirais les trois premiers quart d’heure. Je me concentre en ça et puis le dernier quart d’heure, je me libère un peu. Je suis un peu n’importe quoi et tout sur moi, lâche je. Je navigue. Quatorze Cogité.

Johann Berby

Voilà, c’est exactement ce qu’il faut faire. Tu vas avoir de la discipline sur des exercices pour la rigueur, dans le son, dans sa routine de pratique et ensuite se lâcher. Est ce que c’est comme ça, justement, qu’on développe davantage sa créativité parce qu’on accumule de la connaissance ? Bonjour, j’ai pas refaire les cours, mais tu vois c’est que aussi tu sais ce que je connais, ce que je maîtrise. On apprend des choses, on essaye de les maîtriser. Ensuite on les oublie et on s’amuse. Et ça ressort et c’est ça qui coule. Du coup, comme tu nous parler du Konnokol, est ce que tu es ce que les cours sont le Konnokol ? Tu sens que ça a déjà aidé à passer des caps ou tu sens que ça c’est a débloquer des choses au niveau de ta pulsation intérieure. Des choses comme ça.

Laurent Simon

Mais pour l’instant, je suis plutôt en train d’apprendre au niveau du Konnokol et j’ai fait les exercices de comment dire de la main droite main gauche pour essayer de développer ma rigueur rythmique. Donc je suis qu’au début de la formation j’ai fait un ou deux exercices et pareil. Donc là j’arrive pas à développer, je dirais mon sens rythmique au delà de 60 bpm alors que voilà il faudrait pouvoir le développer à 80. Et puis ? Voilà en gros le problème que j’ai en ce moment. Donc plutôt je reste fixé là dessus.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  3 astuces et 3 plans d'action pour développer son oreille musicale
Johann Berby

Oui, d’accord, ok, je comprends donc. Du coup, l’idée ce serait d’avoir d’essayer de trouver d’autres d’emploi du temps super chargé. Entre le jardinage, tes petits enfants, le travail, t’es plus de temps à te focaliser sur sur le Konnokol pour faire des exercices. Tu vois ne serait ce que les exercices frappés, les exercices à faire en dansant tout ça et pour que ça puisse se développer plus rapidement.

Laurent Simon

Et je reste focalisé là dessus. Et puis, sur l’exercice de de feu, je ne sais plus comment s’appelle cette petite petite phrase que tu as fait. C’est un des premiers exercices que tu disais que tu avais commencé à faire.

Johann Berby

One, two, three, one, two, three for Windows ou un petit ou un peu plus fort au top autour.

Laurent Simon

Du fait de me focaliser là dessus et de développer un peu. Cool.

Johann Berby

Ça ira, ça veut dire du bien. Ces exercices, c’est génial. Vraiment pas le bloquer pour développer la concentration déjà, puis débloquer le fait d’être vraiment à l’aise avec le fait de taper des choses différentes avec ce qu’on va chanter. C’est exactement le travail de synchronisation d’indépendances, main gauche, main droite. Ouais, c’est cool. Qu’est ce qui t’a convaincu de rejoindre la méthode ?

Laurent Simon

C’est le besoin, comme je le disais avant, de d’une affiche rythmique, de développer mon sens rythmique. Et puis je te suivais déjà depuis presque un an avant de m’inscrire parce que je n’avais pas les moyens financiers. Je savais à peu près le prix de la finance, de la formation. Et puis là, avec le Kovy des tout aidant, j’ai dit que malheureusement, je j’arrêtais un peu. La participation au groupe. On a eu un nouveau professeur qui se déroule très bien sans moi et je me focalise plus sur la, sur l’aspect technique, le développement technique que pour l’instant personnel avec toutes les restrictions du code. Et tout ça m’a permis au moins de garder la main dessus et de garder un œil sur mon instrument.

Johann Berby

Et du coup, il y a rien qui a bloqué au moment de l’inscription, je n’étais pas dit Ah tiens, ça va être une arnaque. Le joint n’est pas sérieux. Ou alors, comme il habite en Estonie, c’est peut être une arnaque, ce que j’ai retenu jamais.

Laurent Simon

D’après moi, comme je te dis, je te suivais depuis un moment. Non, j’ai regardé un peu à gauche, à droite bien sûr, j’ai vu un peu des autres formations, j’avais, j’ai même acheté d’autres livres, etc je avec un de tes collègues professeurs sur internet, je ne sais pas si je peux le nommer là, mais il est. J’ai acheté quelques formations, mais c’est toujours pareil. C’est pas comment dire de l’esprit qui veut y aller mais a jamais le temps. Tu prends jamais le temps de le faire, de d’ouvrir ton livre, d’ouvrir, de mettre le cd dans le lecteur et d’aller à la page etc donc là je les trouve un peu plus pratiques, bien que je suis pas une, comment dire très performant au niveau informatique. Combinaison de tous ces nouveaux faits nouveaux. Comment dire ? Interface. Mais voilà. Et puis je connaissais déjà ça pour la guitare. Je m’étais inscrit sur une formation un peu semblable avec un jazzman guitariste. Donc j’ai vu, je vois ou tu veux aller en faisant un peu cette interface.

Laurent Simon

Donc voilà qui est très complète, très vaste. Il faut que c’est pour ça qu’il faut se focaliser sur des objectifs et pas partir dans tous les toutes les formations et toutes les possibilités. Donc non, je ne pensais pas du tout. J’ai pas du tout pensé que c’était une arnaque. Je me suis déjà bien fait avoir sur internet aussi par d’autres choses, par des investissements. Et voilà.

Johann Berby

Gars, parce que souvent c’est pas reconnu, souvent c’est une des choses qu’on conçoit souvent ce support comme on est basé, comme je suis basé dans mon entreprise en Estonie. Ouais mais est ce que c’est pas une arnaque ? Et puis après alors c’est pas pour faire des victimes, il y a une autre barrière entre guillemets, ça va être ça. Est ce.

Que télé réalité.

Johann Berby

Est ce que t’es vraiment sérieux ? Tu ne fais pas partie d’une mafia africaine en Côte d’Ivoire et tu vas disparaître. Donc du coup, je dis avec l’équipe, on a vraiment décidé de jouer le jeu de la transparence sur ce qu’on fait et de comment faire les choses et de pourquoi alors on n’a pas pour objectif d’être d’être parfaits ou de s’autoproclamer, d’être les meilleurs ou je ne sais pas quoi, ça n’existe pas, c’est impossible. On fait du mieux que l’on puisse en écoutant les besoins de nos élèves et c’est comme ça. Et c’est la raison pour laquelle on a créé la plateforme, les cours, les applications qui sont en train d’arriver comme le métronome. Tout ça parce que bah, on essaie de faire du mieux que l’on peut de la manière la plus transparente. Quand on peut, on fait, quand on peut pas, pour des raisons X ou y, on ne peut.

Pas tout de simplement.

Johann Berby

On ne va pas faire des promesses qu’on ne peut pas tenir et c’est pour ça que pour moi, c’est vraiment très, très important d’aborder cette question lors d’un témoignage. En fait, parce que s’il y a eu des freins, je me dis que si on avait eu par exemple, c’est important d’en parler ouvertement, sans complexe, parce qu’il y a peut être d’autres personnes qui ont ces freins là, ou alors qui ont ces mêmes doutes et sont intéressants de les partager et de se dire moi, j’ai eu un doute, mais au final, ce qui m’a permis, c’était, c’était ça en fait. Voilà.

Laurent Simon

Donc c’est peut être bien pour ça aussi que je me suis pas inscrit. Dès que je t’ai vu les premières fois, j’ai regardé pendant un moment. Pendant un an, j’ai suivi ce que tu faisais un peu à gauche, à droite, les petites présentations que tu faisais. Puis j’ai vu que je me suis aperçu qu’il y avait pas de souci, pas de qui avait aucun blème entre parenthèses. D’après ce que j’ai vu, ce que tu écoutes et du.

Johann Berby

Coup on dans ton entourage avec ton groupe, on a senti que tu as fait des progrès ou il y a des choses qui se sont améliorées. Retour sur ton placement rythmique. Ta manière d’aborder peut être une grille d’accord ou. Est ce que tu pourrais nous partager une expérience comme ça ?

Laurent Simon

Non, je ne pourrais pas parce qu’effectivement, comme je le disais, j’ai arrêté de ne côtoyer le groupe. Pour l’instant, pour les raisons du comité de Terra, les restrictions comme il fallait, le pass sanitaire pour tout. Toute chose qui, chaque fois qu’on sort.

Laurent Simon

Ouest de la France.

Johann Berby

Puisqu’on est estonienne.

Laurent Simon

Donc ça, ça m’a carrément bloqué. J’ai dit stop. Moi je suis pour faire toutes les restrictions qui avaient. On faisait une répétition tous les trois mois, ça n’allait pas que ça laisse tomber. J’ai convaincu le groupe que pour l’instant, je partais juste pour revenir, peut être meilleurs après. Donc personne n’a rien vu pour l’instant. Il y a que moi qui ai fuir et ma femme.

Laurent Simon

Qui, qui qui voit les progrès que je peux faire.

Johann Berby

D’accord. Et ta femme a vu quoi du coup comme progrès à la basse ? Et toi aussi ? Du coup ?

Laurent Simon

Elle me demande toujours de la faire moins forte, de diminuer le froid et d’être.

D’être plus discret.

Laurent Simon

Comme on est en appartement, tu vois pas, c’est pas ce que j’aimerais avoir. Je veux pouvoir m’exprimer plus fortement.

Johann Berby

C’est sûr.

Johann Berby

Tu m’étonnes. Et toi, du coup, de ton point de vue personnel, quels sont les progrès que tu as pu remarquer ?

Laurent Simon

Alors, je pense qu’au niveau rythmique, donc avec l’assise rythmique, ça vient. Mais bien sûr pas assez vite à mon goût. Mais c’est comme tout entraînement. Je pense qu’à force de répétitions, de répétitions, je vais gagner encore en rythmique, en ré. Je pense que c’est là que je peine le plus. Et puis bien sûr, comment dire la reconnaissance d’intervalles. Mais ça viendra avec. Je me demande s’il n’y a pas un lien entre justement l’assise rythmique et la reconnaissance de l’enfant. Peut être n’ont peut être pas forcément ne sais pas.

Johann Berby

De toute façon, tout est lié. Et pour être sûr de progresser, ce qui compte, c’est d’être constant. Alors je donne l’exemple à chaque fois. Je donne toujours le même exemple parce que c’est mon exemple vis à vis du sport. J’adore le sport et je suis un bon mangeur. Et je n’ai pas fait de sport pendant 20 ans, ce que je faisais que de la base, que de la base, que de la base, que de la masse. Du coup, il arrive un moment ou j’ai commencé à peser plus de 110 kilos pour de vrai et du coup, je faisais du sport de manière aléatoire entre deux tournées. À l’époque ou j’habitais à Charenton le Pont, j’allais courir au parc de Vincennes des trucs comme ça, je faisais du sport de manière aléatoire, donc du coup, je pouvais pas fondre, je pouvais pas faire du muscle et développer mon endurance. Et un jour, j’ai fini par comprendre qu’en pratiquant ne serait ce que cinq fois par semaine, mais de manière régulier, ce jour c’est 1 h 05 fois par semaine, trois fois par semaine.

Johann Berby

Boum ! Je me rapproche plus rapidement de mon objectif que de manière aléatoire, en fait. Et en fait, pour toutes formes de pratique, que ce soit pour le sport, la santé mentale ou le loisir comme la masse. Tu vois le fait d’être consistant comme ça dans le temps. Il n’y a pas de secret puisqu’il y en a vraiment pas. Il n’y a pas du tout de secret, il n’y a pas de méthode miracle. C’est ça qui m’a aidé sur le court terme, moyen terme et à long terme, atteindre tout est objectif. Ça peut être la même chose en couple as des objectifs de couple, avoir un enfant, acheter une maison, etc mais il faut se fixer des règles et des objectifs à court terme, moyen terme, long terme et être consistant même pour des fois des heures pour les gros mots. Si c’est Pete Burnes, parce que des fois il y a des trucs, c’est bête. D’une part il faut tenir bon, il faut le faire et au final on est gagnant.

Johann Berby

Alors que si on cherche le mot, le plaisir instantané, on l’a tout de suite, c’est court. Mais au final, au long terme, on a perdu. Donc tu vois, c’est assez. C’est ce jeu en fait d’être quelque part aussi intelligent dans ce qu’on entreprend pour pouvoir être successful.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Sonia Chaze, Johann est là pour nous aider, cela nous donne du courage
Johann Berby

Excellent. Alors tout à l’heure, tu as parlé du tarif, tu disais que c’est un petit peu compliqué pour toi et du coup, tu sais que tu as quand même réussi à t’inscrire. Comment tu as fait du coup pour pouvoir t’inscrire à ce que tu peux nous en parler ? C’est pas indiscret.

Laurent Simon

J’ai changé.

J’ai eu la chance de trouver un boulot mieux rémunéré.

Johann Berby

Alors il a changé de travail, plus rien. Le premier premier truc que j’ai payé, je suis payé. Je m’inscris ! Au cours.

Laurent Simon

Tout simplement.

Johann Berby

C’est quoi ? C’est une excellente mentalité alors ? Pas parce que tu t’es inscrit chez nous et que c’est pour flatter mon ego, mais parce que je vais, je vais développer. Je vais être vraiment transparent vis à vis de ça parce que ça fait partie de la vision de l’entreprise GROOVE LIKE A PIG®. C’est parce que t’as une mentalité d’investir sur toi. En fait, il y a beaucoup de personnes qui vont voir ça comme une dépense et en fait savoir investir sur soi. C’est exactement ce qu’on vient de débloquer avant. C’est parce que t’as une vision pour toi à court terme, moyen terme et long terme. Moi, j’investis sur moi pour ma santé. Ça fait plus de deux ça faire trois ans. Moi, ça va faire trois ans en août que j’habite en Estonie et depuis que je suis ici, j’ai un coach sportif. Alors tous mes copains, tous mes amis, même ma famille. Au début, c’est la vie et les lois. Tu fais quoi ? Mais ta cramé avec ta cramé au boulot ?

Johann Berby

Pourquoi ? Parce qu’en France, on n’a pas cette mentalité d’investir sur soi. On est tout le temps en train d’attendre qu’il y a des aides. Est ce que le gouvernement, l’état peut m’aider ? Ben non, je ne sais pas. Moi j’ai décidé de venir ici. Je suis pas là pour juger. Je sais que chacun fait ce qu’il peut, du mieux qu’il peut. Je ne me permettrais pas. Je ne suis pas condescendant, mais ce que je veux dire, c’est que d’avoir cette mentalité là, déjà, que ce soit pour tes loisirs ou dans ta vie privée, tire forcément beaucoup plus loin que les personnes qui attendent d’être sauvées entre guillemets. Et pourtant, je suis musicien des galères, j’en ai eu. On est nous les musiciens, on sous du caca. Donc il y a le site. On est dans un système pyramidal. En bas, il y a des personnes qui galèrent. Ensuite, il y a le caca et on s’en fout. Et les musiciens, c’est nous, les non essentiels.

Laurent Simon

Un prof me disait ça aussi.

Johann Berby

Parce que c’est la vérité du fun, parce que c’est la réalité, c’est la vérité. Et moi, je n’ai pas honte d’en parler. Il n’y a pas de tabou. Ce qu’on vit en tant que musicien. Et pourtant, je suis musicien international. Ce qu’on subit en un an.

Johann Berby

D’humiliations, donc un an d’une vie, d’une année civile, toutes les humiliations qu’ont subi parce qu’on dit qu’on est musicien, que tu vas en soirée. Je fais quoi dans la vie ? Moi, je suis architecte, super commerçant. Et toi, moi, je suis un super. Et toi, moi je suis sur Steam, tu veux et combien de fois ça m’est arrivé ce genre de choses, c’est humiliant, mais ce n’est pas grave. On apprend à devenir tu vois, on apprend à devenir fort par rapport à ce genre de situation. Ou alors c’est tout de suite. C’est quoi ton vrai métier ? Bref, je pourrais en écrire un livre tellement j’en ai des exemples comme ça. Mais du coup, pour en revenir à.

Laurent Simon

Toi, c’est un peu pour ça que oui. C’est un peu pour ça que j’ai commencé la musique tard parce que moi, mes parents me disaient Mais la musique, moi, j’étais quand j’étais jeune, j’écoutais beaucoup de musique, j’adorais écouter la musique vers tous les genres musicaux. Je trouvais du classique, j’adorais toute la musique et mes parents. Tu parles musicien ? Moi aussi, je peux gratter mon permis, mais moi aussi je peux gratter comme ça. Tu parles, c’est pas un métier. Donc je suis resté avec ça un peu ancré. J’irais dans la tête jusqu’à ce que je comprenne que finalement, non seulement parce que je faisais beaucoup de sport. Aussi, quand j’étais gamin, je me suis consacré dans le sport en étant jeune. Et puis à 33 ans, donc à l’âge du Christ, comme je ne suis pas mort, tu dis et j’ai encore une deuxième vie, je peux la faire en guitariste ou en bassiste. Et voilà.

Johann Berby

C’est très intelligent, c’est très intelligent, mais surtout d’avoir la démarche d’investir sur toi. J’insiste là dessus, c’est génial et pas juste parce que tu as rejoint mon programme. Tu aurais rejoint le programme de quelqu’un d’autre pour.

Laurent Simon

Rejoindre d’autres radios.

Johann Berby

Donc c’est juste d’avoir cette mentalité de se dire non. Je veux aller plus loin dans mon plaisir. Je me débrouille d’une manière X ou Y et j’investis sur moi. Tu vois, c’est pareil. À l’époque, je n’avais pas. Quand j’ai commencé ma carrière, au début début vingtaine, je n’avais pas d’argent. Donc je faisais maçon fumiste. Donc je ne sais pas si pour ceux qui regarderont cette vidéo de témoignage.

Johann Berby

Maçon fumiste, on pète de la brique réfractaire dans des fours. Et donc je devais casser au marteau piqueur de la brique réfractaire et enlever les cadavres de chiens et de chats dans des fours. Donc j’ai fait ça en Alsace et un peu partout en France pour une société qui s’appelle qui s’appelait à l’époque STF. Si je dis pas de bêtises, voilà. Bref. Et du coup tu vas avec cet argent là. Je me suis toujours dit Bon bah je m’offre un voyage par an pour étudier la musique quelque part dans le monde et tout le monde, ma famille inclus, à part mon meilleur ami et ma chérie de l’époque. Tout le monde se moquait de moi, tout le monde se moquait moi. Pourquoi ? Parce que c’est la mentalité de Tu ne fais pas comme tout le monde. Donc c’est toi qui a tort.

Johann Berby

C’est c’est triste quand même. Alors je sais qu’on ne peut pas changer fondamentalement les autres, sinon on décide de souffrir. Donc c’est un truc qu’il faut apprendre à gérer ses émotions. Il faut apprendre à faire abstraction faite, dire non. J’ai choisi mon chemin, j’y vais jusqu’au bout. Il y a une raison intelligente de faire ça. Je suis convaincu de cette raison que l’on me. Que l’on me comprenne ou pas. Et de savoir qu’une vie, c’est ma vie, c’est pour moi, c’est pour mon bien être émotionnel, pour mon bien être personnel. Je le fais toujours et du coup, c’est pour ça que j’ai pu m’offrir des voyages. Aller étudier en Afrique, aller étudier en Amérique latine, est allé étudier dans les Balkans, aller étudier en Inde, et pas qu’une fois. Je l’ai vraiment fait tout le temps, tout le temps, tout en tout temps. Donc là, ça fait deux ans que je ne peux pas voyager. C’est un peu frustrant mais. Mais je sais que quand tout ça sera terminé, je vais prendre mon fils qui a sept ans, qui joue de la batterie et je vais encore faire un parcours initiatique.

Johann Berby

On va reprendre tout ce que j’ai fait depuis le début mes premiers voyages. J’aimerais filmer ça et partager ça d’ailleurs sur la chaîne YouTube pour dire Voilà, mon CNC, c’est ça. Voilà mon CNC avec qui j’ai appris la musique bambara. OK, je suis avec mon fils aujourd’hui. Regardez hop, c’est parti. Donc tout ça pour dire que quand à tout le monde qui se moque de toi, qui ricane, qui fait ha ha ha ! C’est là ou il faut se dire ok, c’est peut être une opportunité de fou pour moi. Time to go. C’est le moment d’y aller. C’est cool. En tout cas, c’est une très, très belle mentalité. Et est ce que ta femme était, si ce n’est pas trop, indiscret ? Ta femme était pour ou contre que tu rejoigne ce programme, ou alors tu es comme moi. Tu as la chance d’avoir une femme formidable qui ne pense qu’à ton bonheur et à ton bien qui te dit ecoute, si t’es heureux, si ça te rend heureux que ça te fait du bien, en fait.

Laurent Simon

Ouais, ouais, c’est exactement ça. Non, on a toujours soutenu. Que ce soit pendant l’année ou je faisais du sport, je faisais de la compétition et toi m’a toujours soutenue. J’étais pas toujours là, j’avais les week end en compèt. Et là, pareil pour la base, il y a pas de souci. Par contre, elle n’a pas voulu financer. Mais pourquoi le dire ?

Johann Berby

Non, mais ça, c’est normal. Parce qu’on est sans plus. On est 100 % responsable de notre vie, mais en fait, c’est génial ça aussi quand on est dans une relation saine, parce que je trouve qu’on parle pas assez de ça aussi dans le milieu de la musique, de comment on développe et on construit ses relations dans le couple avec nos passions. Musique ou pas musique, ça peut être le sport, ça peut être l’immobilier, peu importe ton tonton, tes passions, mais d’avoir une relation saine déjà avec toi même, ce n’est pas une addiction maladif et qu’en plus qu’avec ton environnement, la femme de ta vie, des enfants, tes parents, tout ça, tu ne sois pas jugé par ton hobby, tu vas parler, oublie que tu peux que tu fais ça, non ? Je trouve ça génial. C’est la classe, on fait tout.

Laurent Simon

J’ai une chance.

Johann Berby

Choses, mais ça se construit aussi quelque part. Parce que maintenant, j’imagine, je n’imagine pas être dans une relation avec mon amoureuse.

Et nous, on le dit à bâtir là. Justement, elle est devenue thérapeute il y a pas très longtemps, à la suite de notre formation aux États-Unis, et je pense faire pareil aussi.

J’aimerais bien devenir thérapeute à un moment donné et du coup, je n’imagine pas dire à Manon mais ça ne va pas. Pourquoi thérapeute ?

Et pourquoi faire.

Si ça ne marche pas, ces trucs là à tendance débile ? Maintenant, si ça te rend heureux, fais le si. En plus, tu peux aider des personnes à être heureuses dans leur vie.

Mais j’ai envie de dire c’est fin. Si ceci tombe bien, être peut participer au bien être des autres fait le bon choix.

C’est ça en fait. Oui.

Johann Berby

Oui, parce que moi je me dis qu’en faisant ça, je pourrais davantage aider les élèves dans mes accompagnements en coaching et que ce soit Paje et que ce ne soit pas juste du coaching pur et dur, même si ce n’est pas le cas.

C’est pas du coaching pur et dur.

J’utilise plein de méthodes de psychologie comme ça, mais je me dis qu’en étudiant certaines choses de psychologie en thérapie, ce qui est déjà un peu le cas, je pourrais aller faire un travail encore plus profond sur la psychologie, sur la partie subconscient, parce que c’est ça qui m’intéresse.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Bonnes résolutions - Mes astuces pour vous aider à progresser

La re-programmation mentale, parce que c’est prouvé, ça fonctionne. Tu vois notamment vis à vis des traumatismes, parce qu’on a tous des traumas dont on n’a pas conscience. Ça peut être des choses toute bête du jour, on pas toujours pas forcément toi. Mais nous, on a toujours entendu nos parents dire à Mettet qu’on n’y arrivera pas Je t’aime, mais tu comprends quelque chose ou quoi que je te dise, un truc. Toutes ces petites choses qui ont l’air anodin entre l’âge et c’est prouvé scientifiquement, entre l’âge de 0 à 7 ans, c’est compris comme une vérité absolue.

Johann Berby

Donc si jusqu’à l’âge de sept ans, à tes parents, tu te traité toujours ? Mais t’es con, mais t’es long, mais tu comprends rien. Du coup, ça fait partie de toi. Là, ça tourne en boucle. Et après, dans ta vie adulte, tu penses que t’es lent ? Tu penses que tu ne comprends rien ? Tu penses que alors que c’est. Ça fait partie de la programmation des ta naissance. On a mis ça dans la tête. Par contre, ce n’est pas une fatalité. La science prouve et c’est pour ça que j’ai envie de me former parce que je fais ça passionnant. On peut se déprogrammer de ça en tous les traumas, en faisant un travail sur les émotions. C’est énorme. Quand j’ai découvert ça, je fais, je veux faire ça.

C’est comme une révélation et voilà.

Johann Berby

Est ce que tu voudrais nous partager si tu as des expériences, par exemple avec le forum Les élèves de l’université, comment tu trouves l’énergie, l’énergie dans l’université, dans la méthode les élèves qui puent, qui publient leurs vidéos, qui suivent la méthode, qui sont à fond ce que tu ferais, tu pourrais nous partager ça ?

Laurent Simon

Alors ? Pas beaucoup, parce que je n’ai pas beaucoup de temps. Au début, j’ai regardé un peu et effectivement c’est très intéressant. J’aimerais m’inscrire à des master class aussi, puis partager avec les gens. Je lis de temps en temps ce qui se passe, mais déjà au niveau vidéo, je ne sais pas trop utiliser tout ce matériel moderne nouveau. Là, je suis content de me voir en photo en face de moi. Mais sinon, à part ça, non, je ne prends pas beaucoup le temps d’aller voir sur scène. C’est n’est pas assez. J’arrive pas à tout faire. Voilà. Donc je suis incapable de dire exactement c’est bien ou pas bien.

Johann Berby

D’accord, je comprends, mais c’est pour ça que tout le monde. Ton avis ? Qu’est ce qu’on fait ? Ou alors c’est pas pour vous vendre cette université.

Johann Berby

Ou quoi ? Mais l’énergie est juste incroyable. J’ai eu avec l’équipe juridique, on regarde à chaque fois ce qui se fait plus ou moins bien d’un point de vue mentalité tout ça. Et on est très heureux parce que dans le sens ou il n’y a pas un état d’esprit, je ne suis pas là pour juger, mais dire gros, bof dans le sens ou ça va. Girard Si c’est en mode si t’as une fille qui joue en jupe avec sa basse, des mecs qui vont commencer à mettre des commentaires douteux pour ça, ça n’existe pas dans l’écosystème GROOVE LIKE A PIG®. Donc on est très fier de ça parce que je fais toujours très attention dans mes communications à ça, parce qu’on ne veut pas ce genre de profil. Si tu es comme ça, tu n’es pas le bienvenu dans l’université. RIM va ailleurs. S’il te plaît, rends nous service et du coup, ça crée une atmosphère vraiment positive. Donc là, je pense à plein d’élèves. On fait cet échange tous les deux, je pense à Yohann, je pense à Patrick, je pense à Michel.

Johann Berby

En bref, il y a plein d’élèves qui sont tout le temps en train de publier leur vidéos de progression. Tu vois de la méthode et juste de voir la courbe de progression au moment que ce soit inscrit et là ou on sont en cours de temps, ce qui publie tout le temps, toutes les semaines, presque quasi tous les jours. Ils partagent une vidéo dans le forum. C’est juste. Wow, tu sors la motivation qu’ils ont, ils ont faim de réussir et c’est motivant. Et du coup, il y a une belle énergie, une belle entrée de tout le monde aussi, même vis à vis des filles. Tu vois qu’elles sont très présentes, qui sont là, qui s’encouragent, qui smoothie, qui font des retours ultra positifs et j’aime. En fait, c’est exactement ce qu’on voulait aussi créer. Ça fait partie de la vision de l’entreprise pouvoir offrir un écosystème et un environnement positif.

Laurent Simon

Moi je suis d’accord. Ça me plaît bien tout ça. Mais déjà des fois le problème que j’ai quand je me connecte sur le site. Des fois je me dis je commence à 7 h et demie. Généralement le soir, je fais 7 h et demie 8 h et demie. Des fois, ça me prend un quart d’heure pour me connecter et ça ça m’énerve ou j’arrive pas à voir la connexion ou un truc comme ça. Alors je dis déjà que je me perd un petit quart d’heure là. Plus cela, plus cela et je prends pas le temps effectivement d’enregistrer, de faire une vidéo ou quoi. Je me focalise un peu sur mes exercices techniques et j’avance comme ça et je pense que j’espère avoir la retraite dans huit ans, que je pourrais consacrer plus de temps à faire les choses un peu mieux parce que là, je trouve que c’est pas. Je n’ai pas forcément bien fait, je fais mes exercices mais je pense pas. Vous effectivement, et j’en suis navré.

Johann Berby

Il n’y a pas de souci pour la connexion internet. Foutu. Je ne sais pas chez qui tu es en France, t’es chez Free ou.

Laurent Simon

Chez Bouygues, mais là on va changer parce qu’ils le veulent. Ils veulent mettre la fibre, je ne sais pas trop quoi. Ma femme, elle a pas trop envie. Je crois qu’elle veut tout arrêter donc je ne sais pas comment on va faire. Elle veut tout arrêter puis se connecter. Je ne sais pas comment j’y comprends rien, à part un autre système. Enfin ma fille, elle va lui expliquer. Apparemment elle arrive à avoir internet et tout par un autre système sans passer par wi fi. Ça va changer, mais je ne sais pas dans quel sens ni comment, mais quand je suis pas à moi.

Johann Berby

Ça m’a fait marrer. Alors c’est pas pour critiquer la France parce que je vis en Estonie, je ne suis pas ce type de personne qui passent qu’il ailleurs critiquer d’ou il vient. Je n’oublie pas mon passé, mais par contre j’ai vécu pas mal d’années à Montreuil avant qu’on voit la maison que vient de vivre ici et quand j’étais à Montreuil, c’est à dire de 2013 jusqu’à 2019, quand je suis arrivée ici. Du coup, j’ai avec eux un méga haut débit d’Internet et mon opérateur, c’est Free. Donc, que ce soit Free ou Bouygues ou Orange, peu importe. J’avais un méga d’internet, j’ai réussi, je me dis c’est génial, je vois ce que tu réussis à faire, t’es à créer tout ça avec un méga d’Internet, c’est fort. Donc à chaque fois, je me fais une petite tape sur l’épaule gauche.

Johann Berby

Je vous dis en terme de rage c’est beau la data, bravo tu vois et encouragements, c’est ça. Et en fait la fibre est arrivée seulement fin années 2020 à Montreuil parce que les voisins qui sont toujours des potes nous ont prévenus est doudou. Sont donc Johann. On a la fibre village d’arrivée, tu crois ? Pas seulement maintenant.

Johann Berby

Mais parce que pour les connexions Internet, la France est mieux développée en réseaux mobiles 3G, 4G, 5G que en connexion pour la maison fibre par exemple. Le minimum ici c’est 500 mégas alors que la norme on a tous un giga et c’est vraiment chez toi un giga d’internet. Sinon et même sans téléphone estonien on a un giga. Donc des fois je vois ce que je peux même à faire mes live. Tu vois, je suis dans la rue et j’ai un giga. Je me dis Wow, une fusée, c’est impressionnant. Ouais ouais bref. Du coup, est ce que tu pourrais si, comme on dirait, nous partager un petit conseil pour quelqu’un qui souhaite rejoindre la méthode GROOVE LIKE A PIG® qui encore une fois, j’insiste, est différent de l’université. Et d’un côté de l’université, il y a d’un côté la méthode et quand on propose la méthode, on propose les deux. Du coup, quelqu’un qui hésite à rejoindre la méthode ou qui se dit oui, c’est juste cher parce qu’il ne voit pas le prix et comprend pas ce qui va avoir dedans, la transformation, le suivi qu’on fait et le soutien qu’on donne.

Johann Berby

Ca serait le conseil que tu pourrais lui partager pour lui dire je sais pas avec tes mots à toi, c’est du sérieux. On n’est pas des rigolos et c’est un bon investissement.

Laurent Simon

Je lui dirai Valy essaye mais ne te perd pas dans la gourmandise, dans tout ce qui fait tout ce qui se présente, quoi ? Essaye, consacre toi à une chose après l’autre, n’essaye pas de tout le tout manger en une fois, mais vas y fait le plonge.

Johann Berby

Et c’est pas parce que tout, tout le temps on essaye une fois par mois, une fois tous les deux mois en dehors de la Méthode GROOVE LIKE A PIG®, donc là pour le côté université de proposer des nouvelles formations que les élèves nous demandent. C’est vrai que si on rentre là pour la première fois, il y a plein de trucs que je sais pas par ou par ou démarrer. Alors que quand on démarre la méthode justement, il y a L’autoroute du play-jouïr. Suffit de cliquer sur le bouton, on suit le chemin et c’est beaucoup plus simple. Ils sont encore en train de développer les outils, un outil similaire pour le côté université. Mais ça prend du temps parce que je code tout moi même. C’est un peu prise de tête, mais ça fait du bien au final. Bon, en tout cas, je te remercie infiniment pour ce témoignage sincère et authentique pour tes retours.

Laurent Simon

Et maintenant ça m’a fait.

Johann Berby

Et puis, est ce que tu veux terminer la conversation en vue GROOVE LIKE A PIG® ?

——->>>>>>> Est-ce que tu as envie d’avoir plus de Play-Jouïr et de fun avec ta basse ? Dis-le moi dans les commentaires ! :-)

Blog BassistePro.com – Cours de basse

APPRENDRE LA GUITARE BASSE AVEC UN PRO

GROOVE LIKE A PIG

La Plus Grosse Communauté Francophone des Bassistes Motivés et Bienveillants qui Veulent Passer au Niveau Supérieur

Johann Berby
Johann Berby
Pour aller plus loin
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Table des matières

Johann Berby

Je m’appelle Johann Berby, je suis l’auteur du blog BassistePro.com

Lire plus à mon sujet et pourquoi j’ai commencé ce blog…

Articles les plus populaires
error: Tout le contenu du site est protégé !
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer