Témoignage de Michel Chemamedji, (45 ans) je laisse parler le musicien qui est en moi.

michel-chemamedji-avis-temoignage-immersion-johann-berby-bassistepro-groovelikeapig

Bonjour les grooveurs créatifs,

Aujourd’hui je te partage l’avis et le témoignage de Michel Chemamedji qui progresse à la basse depuis qu’il suit le coaching individuel et la méthode GROOVE LIKE A PIG® de l’Université GROOVE LIKE A PIG® et que l’on peut progresser en toute bienveillance avec cette communauté des amateurs de basse motivés.

michel-chemamedji-avis-temoignage-immersion-johann-berby-bassistepro-groovelikeapig

——->>>>>>> Partage cet article sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse aider, et encourager d’autres amateurs de basse motivés à progresser ! :-)

Je t’invite à découvrir le témoignage de Michel Chemamedji sur l’immersion de 3 jours qui a eu lieu à Paris ainsi que son retour honnête et sincère sur la méthode GROOVE LIKE A PIG® et l’Université GROOVE LIKE A PIG®.

Nous sommes très heureux et fiers de suivre l’évolution de Michel.

Il exploite son potentiel musical et se donne les moyens d’y arriver, car comme tu le sais déjà, il n’y a pas de secret.

Voici la recette de son succès :

1. Suivre une méthode éprouvée qui fonctionne (la méthode GROOVE LIKE A PIG®)
2. Se faire accompagner par un pro qui a déjà réalisé ce que tu souhaites atteindre comme objectif.
3. Investir du temps, de la patience et de l’énergie pour pouvoir se faire play-jouïr sur le long terme.

Vidéo Témoignage de Michel Chemamedji

Dans la vidéo ci-dessous, tu vas découvrir une ligne de basse que Michel a créée.

J’ai passé une journée VIP avec lui à Paris après les 3 jours d’immersion, car Michel avait souscrit à l’offre VIP.

Durant cette journée incroyable, nous parlé de nos vies pros (Michel est aussi entrepreneur), des difficultés que nous traversons, mais aussi de beaux projets de nos vies perso.

De plus, nous avons eu toute la journée pour faire des activités créatives comme enregistrer un lundi groovy spécial avec Michel à la basse.

Franchement, il a fait du bon boulot, j’ai passé une super belle journée en sa compagnie, je t’invite à partager sa vidéo (ci-dessous) pour l’encourager davantage dans sa progression.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Edouard Manyim 50 ans, je me régale en ce moment avec ces cours

Vidéo de Michel Chemamedji jouant un Lundi Groovy

Rejoins l’Université GROOVE LIKE A PIG®

D’autres avis et témoignages concernant les méthodes de Johann et de l’Université GROOVE LIKE A PIG®

Si toi aussi tu veux prendre plus de plaisir à jouer et t’éclater à la basse, l’université de Groove like a Pig est là pour t’aider à apprendre peu importe ton niveau !

Pour lire d’autres témoignages d’étudiants satisfaits qui partagent leur expérience avec la plateforme du Blog BassistePro.com et de l’Université GROOVE LIKE A PIG®, clique ici.

universite-groovelikeapig-ad-in-content

Transcription texte de la vidéo de Témoignage de Michel Chemamedji

Salut les Pigs.

Alors voilà,

j’arrive au quatrième jour.

Il est 16 h. 16h ?  Quelle heure il est Johann ?

Je sais plus.

Il doit être 16 h ou 17 h. Je ne sais pas.

Je sors des quatre jours d’immersion

donc à Paris avec Johann et d’autres Pigs.

Je ne sais même pas par quoi commencer tellement ça a été intense.

Donc moi, je suis venu ici pour ouvrir

un petit peu mes portes de la perception de la musique, si on peut dire ça.

Il y avait beaucoup de choses

sur lesquelles j’étais fermé, que j’étais bloqué.

C’est-à-dire chanter et danser en même temps que je joue de la basse.

J’avais fermé les portes sur tout ce

qui est apprentissage des gammes, apprentissage des accords,

le Konnokol, parce que c’est un truc, soyons honnête,  qui me gonflait profondément,

la théorie.

Et c’est vrai que j’avais fermé les portes à ça, malgré que je me débrouille plutôt

bien avec avec ma basse et je parle

pour ma part, je ne parle pas pour les autres participants,

j’avais annoncé à Johann tout ce qui me bloquait.

Et en arrivant ici, on a directement tapé dans tout ce qui bloquait.

Ce qui a été éprouvant pour moi parce

que j’avais vraiment fermé les portes et Johann m’a poussé dans mes

retranchements pour y aller tout simplement,

pour réouvrir les portes et pour amener une certaine compréhension.

Et j’admets que ça m’a bien chamboulé,

ça m’a bien bousculé, mais les portes à nouveau se sont rouvertes.

J’ai surtout compris, très sincèrement,

comment tout ça était lié, c’est-à-dire pourquoi il faut apprendre le Konnokol.

En fait, on apprend le Konnokol, Johann

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Mathilde Lejeune, je me suis libérée et je m'exprime avec mon instrument

l’explique, Johann le dit,  mais moi je l’avais pas compris

à quoi sert le Konnokol.

C’est une articulation,

les gammes sont des mots.

On est sur un langage complet à apprendre en fait, et je n’avais pas compris le lien

entre le rythme, le Konnokol, les accords, les gammes.

Pourquoi il faut apprendre les gammes ? Parce que rho c’est chiant

les gammes. Mais en fait c’est simplement du vocabulaire.

En fait, il faut simplement le comprendre.

Et c’est ce que j’ai compris dans cette session, parmi beaucoup d’autres choses,

donc le vocabulaire qui sont les gammes et les accords qui sont les mots,

en fait,

je dirais plus que le vocabulaire, ça va être le Konnokol,

c’est à dire comment on va articuler ces mots comme je vous parle maintenant

et comme Johann le disait je pourrais vous parler plus vite ou moins vite.

C’est ça. C’est le rythme en fait, tout simplement.

Et aussi la manière de les travailler aujourd’hui.

Je vais repartir chez moi et je vais avoir

beaucoup plus de plaisir à aller travailler ces choses là.

Travailler une gamme sur un rythme,

parce que je sais pourquoi, j’ai compris pourquoi et je suis retombé un peu.

J’étais jamais tombé amoureux de ça,

mais je commence à tomber amoureux parce que c’est la clé de la musique.

Voilà, je n’arrivais pas aussi à chanter en jouant avec ma basse.

Donc on a fait un tas d’exercices pour y arriver.

Je ne suis pas encore au top là-dessus, mais j’ai de quoi bosser.

Qu’est ce qu’il y avait d’autres encore ?

Le stress de jouer en public.

On a aussi beaucoup travaillé là-dessus.

Ça n’a pas été évident parce que même si tous les pigs qui étaient présents,

quand on vous demande de jouer quelque chose devant tout le monde on commence

à transpirer et autres, on n’est pas à l’aise.

Et fait justement,

on a travaillé sur le fait de se relâcher de tout ça,

de lâcher-prise et puis de laisser parler le musicien qui est en nous.

Voilà ce qu’on a fait pendant ces quatre jours.

Je suis épuisé.

Et ce n’est pas Johann qui nous a fait du mal.

C’est que sortir  des sentiers battus,

de sa zone de confort, c’est prenant pour le corps,

c’est fatigant,

mais à la fin, c’est juste génial parce qu’aujourd’hui,

je pars avec plein de portes ouvertes, avec plein de perspectives.

Et il est évident que mon jeu va évoluer

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Témoignage de Sylvain Lemonnier, partager ses progrès en toute bienveillance

et que je vais devenir un meilleur musicien.

J’en bafouille encore.

Donc un grand merci à Johann.

Je vous invite à faire ça.

Si vous avez l’occasion de le faire, venez.

La prochaine doit se dérouler, je crois en Estonie sans faire

de spoilage, j’espère que je n’aurais pas dû le faire.

Je ne sais pas si je ne vais pas me faire engueuler comme ça.

Donc voilà, venez, venez, faites-le.

Faites-le.

Ça peut que vous rendre service, même si ça vous paraît compliqué.

Même s’il y a du monde.

Même si, même si, même si.

Venez, faites-le, rendez vous service.

Il y a un autre aspect dont je voulais parler suite à cette super immersion.

C’est le côté humain.

Alors ce qu’a développé Johann dans son université est absolument génial.

Ça doit faire maintenant deux ans que je suis le cursus.

C’est vrai, on arrive à savoir en vidéo, en face à face.

C’est extrêmement bien fait.

On progresse énormément. Mais rien, rien, rien, jamais rien ne remplacera l’aspect

humain de ce qu’on vient de faire en immersion ici.

Donc ce que je veux dire, c’est qu’être derrière son PC à la maison,

même avec Johann ou avec d’autres, bien sûr, on va progresser.

Mais le fait d’être ensemble,

entre êtres humains tout simplement, l’expérience est totalement différente.

Je crois que jamais rien ne remplacera la relation humaine.

Donc, pendant ces quatre jours,

on était cinq et on a fait de la musique tous ensemble.

On a partagé, on a discuté, on a mangé, on est sorti.

Rien ne remplacera jamais ça.

Donc continuez, continuez l’université,

c’est absolument génial. Je vais le faire aussi.

Mais quand il y a des rencontres comme ça,

n’hésitez pas, faites-le, ça fait grandir beaucoup plus vite.

Voilà ce que je peux dire.

Et puis toujours un grand bravo.

Un grand merci à Johann et à ses équipes

pour ce qu’ils ont fait de l’université, pour ce qu’ils ont fait pour nous.

Donc un grand bravo, un grand merci parce que c’est juste génial.

Le cursus c’est top,

mais se voir à l’extérieur c’est quand même sympa aussi.

Tchao les Pigs !

——->>>>>>> Est-ce que cet article t’a été utile ? Dis-le-moi dans les commentaires ! :-)

Blog BassistePro.com – Cours de basse

APPRENDRE LA GUITARE BASSE AVEC UN PRO

GROOVE LIKE A PIG®

La Plus Grosse Communauté Francophone des Bassistes Motivés et Bienveillants qui Veulent Passer au Niveau Supérieur

Johann Berby
Johann Berby
Pour aller plus loin
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Table des matières

Johann Berby

Je m’appelle Johann Berby, je suis l’auteur du blog BassistePro.com

Lire plus à mon sujet et pourquoi j’ai commencé ce blog…

Articles les plus populaires
error: Tout le contenu du site est protégé !
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer